mardi 13 septembre 2016

L'évangélisation selon le pape François

Évangéliser, c’est donner témoignage, sans trop de paroles

Nous devons nous mettre dans la condition de l’autre : «S’il est malade, me rapprocher, ne pas l’encombrer avec des arguments, être proche, l’assister, l’aider». Il faut évangéliser, a-t-il rappelé, «avec cette attitude de miséricorde, se faire tout à tous. C’est le témoignage qui porte la Parole».

François a donc rappelé que durant le déjeuner avec des jeunes lors des JMJ de Cracovie, un garçon lui a demandé de qu’il devait dire à son ami athée : «C’est une belle question ! Nous connaissons tous des gens éloignés de l’Église : que devons-nous leur dire ? Et moi je lui ai répondu : écoute, la dernière chose que tu dois faire, c’est de lui dire quelque chose ! Commence par faire, et lui, il verra ce que tu fais, et il te demanderas. Et quand il te demandera, tu lui diras. Évangéliser, c’est donner ce témoignage : moi je vis comme ça, parce que je crois en Jésus-Christ. Moi je réveille en toi la curiosité de la question mais pourquoi tu fais ces choses ? Parce que je crois en Jésus-Christ et j’annonce Jésus-Christ, et non seulement avec la Parole, mais avec la vie.»

Ceci, c’est évangéliser, et cela se fait gratuitement, a insisté le Pape François, «parce que nous avons reçu gratuitement l’Évangile», «la grâce, le salut ne s’achète pas et ne se vend pas non plus : c’est gratuit ! Et nous devons le donner gratuitement.»

Annoncer le Christ, c’est vivre la foi, en donnant gratuitement l’amour de Dieu

Le Pape a ainsi évoqué la figure de saint Pierre Claver, dont c’est aujourd’hui la mémoire liturgique. Un missionnaire, a-t-il noté, qui «s’en est allé annoncer l’Évangile».

Peut-être qu’il pensait «que son futur aurait été de prêcher : dans son futur, le Seigneur lui a demandé d’être proche des exclus de son temps, des esclaves qui arrivaient là-bas, d’Afrique, pour être vendus».

«Et cet homme n’a pas fait une promenade, en disant qu’il évangélisait. Il n’a pas réduit l’évangélisation à un fonctionnalisme ni à un prosélytisme : il a annoncé Jésus-Christ avec les gestes, en parlant aux esclaves, en vivant avec eux, en vivant comme eux ! Et il y en a tellement, des comme lui, dans l’Église ! Tellement qui s’annihilent eux-mêmes pour annoncer Jésus-Christ.

Et aussi nous tous, frères et sœurs, nous avons l’obligation d’évangéliser, qui n’est pas de frapper à la porte du voisin ou de la voisine et de dire : le Christ est ressuscité ! C’est vivre la foi, et en parler avec douceur, avec amour, sans volonté de convaincre personne, mais gratuitement. C’est donner gratuitement ce que Dieu m’a donné gratuitement : ceci, c’est évangéliser.»


Extraits de la présentation de son homélie du 9 septembre 2016 à la Domus Sanctae Marthae